On constate une croissance exponentielle de l’écoute de la radio sur le web… est-ce la fin inéluctable de la radio FM comme on la connait ? Épineuse question qui divise les spécialistes de la radio puisque la radio numérique a deux visages :

  1. la radio numérique terrestre (RNT) qui par sa nature ne peut être écoutée que dans les zones couvertes par ses ondes
  2. la radio internet communément appelée webradio qui peut être écoutée dans le monde entier pour peu, bien entendu, qu’on soit connecté au web.

La RNT, qui n’a pas encore été lancée, suscite de nombreux débats sur sa pertinence économique. Différents rapports ont été commandités par les gouvernements successifs. Le dernier en date est celui de David Kessler qui sera remis au ministre de la culture Fréderic Mitterrand en ce début 2011. Ce rapport viendra après les rapports Tessier, Morin de Sailly, Hamelin et Zelnik qui ont accompagné l’actualité de la RNT en France sur les 2 dernières années.

Ces rapports mettent en exergue la profonde mutation que la radio est en train de connaitre. Cette mutation est mondiale et amène la radio vers le tout numérique avec de profonds questionnements sur les modèles économiques !

Si la RNT n’est pas encore lancée, ce n’est pas le cas de la webradio qui a pris naissance dans les années 2000 et qui présente une croissance rapide dans toutes les catégories d’usagers internet.

Des récentes études aux USA montrent une croissance exponentielle de l’écoute de la radio internet. Ce taux de croissance est la conséquence d’un ensemble de facteurs structurants qui favorisent tous ces nouveaux services associés à la webradio. Il s’agit de :

  • La croissance des « Smartphones » avec leur offre d’accès internet illimité qui autorisent désormais l’écoute en mobilité des web radios.
  • La pénétration d’internet dans les usages à la maison et au bureau
  • La facilité d’écoute des émissions en différé, quand l’internaute le désire

Ces facteurs accélérateurs d’usages sont les mêmes dans tous les pays de l’OCDE. Les premiers chiffres que Médiamétrie a relevés en France en juillet 2010, attendus par tous les acteurs de la radio, montrent l’importance grandissant de la radio internet.

Plusieurs types de webradios sont à distinguer :

  • « Simulcasting » : le programme diffusé en ligne sur internet est le même que celui diffusé sur le réseau hertzien. C’est le cas des grandes radios nationales comme par exemple France Inter.
  • « Webcasting » : les programmes diffusés en ligne sont créés spécifiquement pour permettre une écoute en ligne de programmes spécialisés. C’est par exemple le cas de radios musicales thématiques comme Deezer.
  • webradios personnalisables : la programmation est modulable en fonction des goûts de l’internaute. Deezer et Radionomy, par exemple, offrent cette possibilité en matière de programmation musicale.
  • webradios interactives : ces webradios tirent parti de la bidirectionnalité du réseau internet pour permettre aux auditeurs de communiquer avec les animateurs, voire d’intervenir dans les émissions.

Saooti s’est résolument embarqué dans cette dernière voie pour les émissions en direct, avec l’intervention possible des auditeurs dans les émissions, mais aussi en différé avec le « mur du son ». Nous pensons en effet qu’outre les atouts des webradios énumérés ci-dessus, il faut aussi miser sur la facilité de production des programmes et l’interactivité.

Share This