Michaël Bourguignon, Directeur des revenus et du numérique au sein du Groupe La Dépêche a accepté de nous livrer son expérience et c’est avec plaisir que nous avons réalisé cette interview. Le Groupe La Dépêche a décidé d’enrichir sa ligne éditoriale en intégrant le format podcast et a donc choisi de produire des podcasts en s’appuyant sur les solutions Saooti.

Nous vous livrons le fruit de leur réflexion.

Pour que nos lecteurs vous connaissent un peu plus, parlez-nous du Groupe La Dépêche.

La Dépêche est un groupe né à Toulouse et en octobre 2020, nous fêterons ses 150 ans. Nous sommes donc un très vieux journal. Au départ, La Dépêche était une lettre d’information hebdomadaire et qui, petit à petit, a pris à la fois du rythme en devenant un quotidien, et de l’ampleur sur le plan géographique allant de Bordeaux à Montpellier.

Aujourd’hui, La Dépêche est un groupe composé notamment de titres de presse quotidienne régionale permettant de couvrir toute l’Occitanie après le rachat, il y a 4 ans, du Midi Libre, l’Indépendant et Centre Presse Aveyron, qui se trouvaient sur la partie Est de notre dispositif (ancien Languedoc-Roussillon). Pour ce qui concerne la partie Ouest (ancien Midi Pyrénées), nous avons Le Petit Bleu d’Agen, La Nouvelle République des Pyrénées et La Dépêche du Midi.

Il y a au total une trentaine d’éditions pour lesquelles la stratégie digitale a été déployée en totalité puisque chacune dispose de son site web et mobile, ses applications et son kiosque numérique.

Tous nos journaux couvrent donc l’ensemble du territoire et nous avons, en plus, le journal Midi Olympique, spécialisé dans l’actualité du rugby avec une portée plutôt nationale deux fois par semaine.

C’est donc à l’issue de tous ces rachats que La Dépêche a pu devenir un groupe de presse reconnu sur son territoire et nous permet ainsi d’intégrer de nouveaux leviers comme le format podcast.

 

Comment les sujets sont-ils traités ?

Chaque titre a ses propres thématiques : culture, loisirs, faits divers, etc. et a son territoire bien distinct. Il peut ainsi traiter ses sujets très localement. Par exemple, le Petit Bleu se concentrera sur l’actualité autour d’Agen, la Dépêche principalement sur les 10 départements de l’ancien Midi Pyrénées.

Chaque titre a donc son propre espace géographique et ainsi l’actualité de la région est traitée en totalité. Le tuilage est assez fin entre ces différentes zones. L’ensemble du territoire est donc bien maillé avec chacun ses zones de prédilections.

 

Quel est l’objectif de la fusion entre La Dépêche et Midi Libre ?

Le Groupe La Dépêche, étant le résultat de la fusion du Midi Libre et La Dépêche, est encore en cours de construction. En effet, nous sommes toujours en cours de création de synergies tout en conservant l’ADN de chacun des titres avec des rédactions bien distinctes.

Depuis 10 ans, grâce à ces synergies, nous développons des activités de diversification auprès de notre cœur de cible et cibles principales. C’est en ce sens que nous disposons de plusieurs services connectés à la presse. Notamment, le service abonnement, celui de la régie publicitaire qui commercialise les espaces publicitaires du groupe mais aussi qui accompagne nos clients dans des dispositifs de communication 360.

Dépêche Events, notre activité événementielle, s’appuie aussi sur les forces du groupe pour promouvoir et commercialiser nos événements.

Enfin, Dépêche Interactive se concentre sur l’accompagnement des éditeurs dans leur développement numérique. C’est en ce sens que nous avons pu apporter le nouveau format podcast au sein de l’Indépendant notamment.

 

Quel lien voyez-vous entre la presse écrite et le podcast ?

Au départ, avant l’intégration du podcast, nous nous sommes aussi essayés à la vidéo comme la plupart des médias. C’est, en effet, un format très prisé pour les espaces publicitaires. On avait une équipe dédiée et les journalistes, qui le souhaitaient, pouvaient aussi produire eux-mêmes avec des outils légers de production et de publication. Mais, avec l’expérience, nous avons rapidement compris que tout le monde n’est pas à l’aise devant une caméra et qu’il est plus facile de parler derrière un micro. Par ailleurs, le format écrit et le format parlé sont très proches. Ce qui est écrit peut être lu et ce qui est lu peut être écrit. Naturellement, beaucoup de nos journalistes avaient envie de s’essayer à ce nouveau format qu’est le podcast. Un journaliste a l’habitude de s’exprimer, de poser sa voix pour être entendu et compris. Nous constatons, avec les premières expériences menées par les journalistes de l’Indépendant, quels que soient les podcasts, très rapidement, la production éditoriale est très satisfaisante. Et, il faut surtout noter que chez nous, l’ancrage local a une teinte encore plus nette grâce à cet accent occitan qui nous caractérise. Cela faisait vraiment du sens d’intégrer la voix au cœur de nos lignes éditoriales.

 

C’est donc l’Indépendant, le premier des titres de presse de votre groupe à intégrer le format podcast avec la solution PodcastMaker de Saooti. Pourquoi avoir choisi de commencer avec ce journal ?

Pour l’instant, nous avons donc déployé le format podcast chez l’Indépendant puisque ce sont les journalistes qui l’ont souhaité. Passionnés par leur métier, ils avaient envie de goûter à ce nouveau format. Nous avons alors travaillé avec eux pour leur offrir les meilleures solutions pour travailler dans de bonnes conditions. C’est alors que nous nous sommes tournés vers Saooti pour disposer d’une solution professionnelle et solide qui nous permettrait à terme de monétiser nos contenus audio. Nos journalistes ont pu prendre possession du format très facilement, de produire simplement, de mettre en ligne en un clic leurs podcasts et surtout l’avantage est qu’ils sont distribués automatiquement sur l’ensemble des plateformes audio grand public et évidemment sur la plateforme éditoriale de l’Indépendant.fr.

 

Pourquoi Saooti ?

Dans le cadre de la presse quotidienne régionale, nous travaillons beaucoup entre médias. Nous avons exposé notre problématique et Ouest-France, partenaire de Saooti, nous a recommandé la solution. Nous avons eu la chance de la tester pendant 3 mois et nous avons été conquis. Abandonnant une solution existante, nous devions absolument être sûrs que le transfert se passerait sans encombre et que les outils seraient faciles à utiliser pour nos journalistes.

Le test a été convainquant sur le plan technique mais aussi sur l’accompagnement et le côté dynamique de l’équipe qui a pris le relai de la migration des podcasts sur la plateforme existante vers la nouvelle solution Saooti. Le niveau d’implication des équipes nous a réellement satisfait.

Un point non négligeable est également à noter. Ayant déjà nos propres supports : sites web et mobile, applications, il nous fallait absolument une solution clé en main, nous permettant d’intégrer nos contenus audio sur ces dispositifs sans aucune difficulté. Le SDK (Software Development Kit pour concevoir une interface), fourni par Saooti, nous a largement rassuré et aujourd’hui tout est en cours d’intégration. Il ne reste plus qu’à transférer les contenus sur nos applications mobiles.

 

Quels sont vos objectifs à venir au sein du Groupe ?

Notre objectif est que tous les sites puissent proposer le format audio. Pour cela, nous allons y aller petit à petit, puisque nous allons accompagner au maximum chaque rédaction dans l’intégration de ce nouveau format podcast. Le prochain sur la liste est Midi Olympique. La saison de rugby redémarre en août et les premiers podcasts suivront. Nous travaillons actuellement sur les différents formats.

Puis en septembre, ce sera la Dépêche du Midi et d’ici à fin 2020, l’ensemble des éditeurs du groupe aura sa formule podcast à proposer aux lecteurs.

Enfin, l’audio, par les particularités qui le caractérisent, permet d’imaginer de nombreux dispositifs. Par exemple, à terme, nous aimerions pouvoir mettre à disposition l’intégralité de nos titres en audio sans forcément avoir à les lire mais en utilisant des technologies de restitution. Idéal pour nos lecteurs malvoyants ou bien aussi pouvoir écouter son journal en voiture grâce aux outils Apple CarPlay et Androïd Auto ou bien encore à la maison grâce aux enceintes connectées en naviguant par la parole dans le sommaire, les rubriques, etc.

Si, en plus, nous pouvions restituer notre accent local, ce serait parfait (rires).

 

Depuis le lancement du podcast chez l’Indépendant, êtes-vous satisfait de votre audience ?

Tout d’abord, notre premier objectif était de proposer des formats différents à nos lecteurs pour compléter notre offre éditoriale, d’où l’arrivée de ce nouveau format podcast. La première case est donc cochée.

Ensuite, c’était aussi de faire de l’audience sur nos supports donc auprès de notre lectorat.

Maintenant, nous nous attardons à aller chercher une cible consommatrice d’audio de manière générale sur les plateformes audio grand public du type Google et Apple Podcasts, Spotify, Deezer, les enceintes connectées, etc. L’idée est d’aller chercher une nouvelle audience qui ne consomme pas encore chez nous directement.

C’est pour cela qu’avec l’équipe technique Saooti, nous nous attachons à travailler actuellement au référencement naturel de nos contenus sur ces diverses plateformes afin de toujours être mieux visibles.

  

Parmi toutes vos émissions « Apero Quizz », « 100% USAP », etc., quelle est celle qui retient le plus votre attention ?

Après les avoir, bien sûr, toutes écoutées, je les trouve toutes très intéressantes. Si j’avais un petit coup de cœur en plus, je citerais « Je vous parle d’un temps » produite par Denis Dupont et qui fait référence à des événements insolites retrouvés dans nos archives. Ce sont plein de petites surprises, comme des petits bonbons avec des goûts différents à découvrir. Je me rappelle notamment d’un épisode qui racontait l’anecdote d’une salle de classe dans un café suite à l’inondation d’une école en 1972 ou encore un épisode qui relatait la hausse du prix du tabac en 1963 qui avait provoqué beaucoup d’émois.

Vous pouvez l’écouter ici :

format podcast la depeche

Quel a été votre rôle dans ce développement de projet audio ?

Etant en charge du numérique au sein du Groupe La Dépêche, je travaille plutôt dans l’ombre. Mon rôle a été, dans ce cas, d’écouter les besoins de la rédaction pour l’intégration de ce nouveau format podcast, de les spécifier afin de calibrer la solution adéquate et de la mettre en œuvre. Ensuite, tout un accompagnement a été réalisé auprès de la rédaction pour la prise en main du produit et enfin notre objectif final est de développer la solution pour en faire un outil à forte audience.

 

Quels sont vos objectifs de monétisation à venir ?

Sans entrer dans des chiffres très précis, notre première idée est tout d’abord de rentabiliser le coût de mise en place sur 2020 afin d’équilibrer le tout. Pour cela, nous travaillons avec la régie publicitaire locale qui commercialise nos espaces et nous ferons en sorte d’obtenir les audiences nécessaires pour couvrir les frais.

En 2021, forts des audiences que nous aurons, nous passerons la vitesse supérieure. L’idée est de développer une réelle activité source et qu’elle soit rentable en intégrant tout type d’annonceurs, aussi bien locaux que nationaux.

 

Au final, quelles valeurs l’audio fait-il ressortir ?

Le format podcast est très complémentaire du print. On peut y raconter les mêmes choses mais de façon différente et encore une fois, notre accent nous permet de créer une belle relation de proximité avec nos auditeurs, ce que ne pourrait pas faire un média national. On arrive à créer une identification immédiate par rapport à cet ancrage local.

 

Podcast : 3 questions à …

Michaël Bourguignon, nous livre ces dernières impressions sur la mise en œuvre du format podcast au cœur du titre de presse l’Indépendant. A écouter ci-dessous :

Rendez-vous le mois prochain sur notre blog pour de nouvelles actualités ! 

Share This